Se sentir mal dans son ventre c’est un peu comme vivre avec un poids permanent dans son corps.

On ne se sent pas libre de faire ce que l’on veut, on ne profite pas de l’instant présent et cela peut gâcher des moments précieux.

On est tous passés par une période de stress, pendant laquelle nos habitudes sont bousculées. Un départ, un examen, un nouveau boulot, un déménagement, une maladie. Nos intestins sont alors soumis à rude épreuve et ne suivent plus le même rythme. Le transit est ralenti et les stimulations intestinales ne répondent pas aussi bien que d’habitude.

Parfois l’alimentation associée à un stress chronique laisse s’installer une lenteur intestinale difficile à vivre au quotidien.

Dans cet article nous allons voir comment soulager ses intestins pour se sentir mieux, plus libre et plus détendue.

 « L’homme heureux va bien de l’intestin » Bouddha

Quel est le lien entre nos intestins et notre peau ?

Pourquoi parler de nos intestins sur un blog qui se préoccupe avant tout de traiter les problématiques de peau ?

De nombreuses études scientifiques s’accordent à démontrer le lien étroit qui existe entre notre tube digestif et notre peau. Ce sont tous deux des organes émonctoires qui ont pour rôle d’éliminer les déchets de notre corps.

Notre peau n’est pas en reste et manifeste souvent les blocages intestinaux par des boutons, des cernes, des poches sous les yeux, une rétention d’eau, de la cellulite au niveau de la ceinture abdominale, des rougeurs ou un teint brouillé…

Si les intestins se trouvent encombrés, une partie des toxines est mal évacuée. Les déchets s’accumulent dans les autres organes, dont la peau. Si la situation perdure et se renouvelle fréquemment, notre teint ressemble plus à celui d’un crapaud que d’une poupée.

Des intestins libres pour se sentir bien

Un état de stress ou un changement d’habitudes peut rapidement perturber le transit.

Au-delà des effets que cela peut avoir sur la beauté de notre peau, des intestins libres procurent une sensation de légèreté et de liberté. Le bien être ressenti allège notre corps et donne de l’amplitude à nos mouvements. La respiration est plus régulière et tout notre organisme en profite.

Un mal être intestinal est souvent provoqué par un changement d’habitudes ou des difficultés à trouver un bon rythme. L’intestin étant réglé comme une horloge, il préfère les journées bien rythmées et les habitudes bien ancrées.

Notre vie nous impose parfois d’en faire autrement et c’est à ce moment-là que le transit se trouve perturbé. Une période de voyage, un week-end chez des amis, un changement d’horaires ou de travail sont des causes de dérèglement biologique et donc intestinal.

Et si vos intestins sont perturbés de manière chronique, les conseils qui suivront vous feront du bien et vous permettront de vous libérer durablement.

Que veut dire « libérer ses intestins » ?

Parlons peu, parlons bien… libérer ses intestins veut dire améliorer le transit et éviter la constipation.

La constipation est un grand sujet de société. Il touche beaucoup plus les femmes que les hommes.

« En France, la constipation touche 20 à 30% de la population, dont 80% des femmes, et 5 % de cette population est touchée par une constipation chronique. » Dr Bernadette de Gasquet dans son livre « Libérez vos intestins ! »

Que manger pour libérer ses intestins ?

Certains changements alimentaires peuvent transformer le quotidien de la plupart des personnes constipées de manière chronique ou non. Voici comment rassurer vos intestins :

Les fibres qui changent la vie

Le point le plus important est l’apport de fibres dans l’alimentation. Ce sont elles qui facilitent la descente des aliments dans le tube digestif et l’élimination. Elles doivent être présentes dans tous les repas pour que le changement soit efficace.

30 g de fibres par jour et de l’eau en quantité suffisante suffisent à soulager le plus inconfortable des transits.

Il existe deux catégories de fibres, les fibres solubles, les mieux supportées par notre ventre et les fibres insolubles, plus efficaces mais qui peuvent « déranger nos intestins ». Les fibres solubles sont présentes surtout dans la chair des fruits et des légumes et dans les graines tandis que l’on retrouve les fibres insolubles dans l’enveloppe des plantes. Le mieux est d’apporter les deux catégories par l’alimentation :

  • Les farines et céréales complètes (farine de blé complète, son d’avoine, sarrasin, etc.)

  • Tous les fruits frais et secs (pommes, figues, prunes, raisins, etc.)

  • Tous les légumes

  • Toutes les légumineuses (pois chiches, lentilles, fèves, haricots rouges, pois cassés, etc.)

  • Les graines et les noix (amandes, noix de Grenoble, graines de lin, de sésame, etc.)

Les aliments qui contiennent peu ou pas de fibres sont à limiter car ils augmentent les difficultés à libérer votre intestin. Ils ont aussi peu d’intérêt nutritionnel. Ce sont les pommes de terre, le pain blanc, les pâtes, les céréales raffinées en général.

Recette de boulettes de viande riches en fibres : 400g de viande hachée, 100g de son d’avoine, 1 oignon, 3 pruneaux hachés finement, persil, sel/poivre.

Faire revenir l’oignon haché quelques minutes dans une poêle. Dans un saladier, mélanger tous les ingrédients avec l’oignon revenu et façonner des boulettes. Cuire au four à température moyenne ou sur le feu dans un coulis de tomate maison.

8 verres d’eau par jour

L’apport de fibre seul ne serait rien sans l’hydratation. Plus vous serez hydraté, plus le transit sera facilité.

« Les fibres c’est bien, mais ça ne sert pas à grand-chose si on ne boit pas suffisamment : sans eau elles se changent en gros grumeaux fermes. Gorgées d’eau elles deviennent de petits ballons avec lesquels les muscles d’un intestin paresseux pourront se divertir pendant que le cerveau suit le programme de cinéma proposé dans l’avion. » Giulia Enders dans son livre « Le charme discret de l’intestin ».

Il faut en moyenne 8 verres d’eau par jour, répartis sur toute la journée, pour obtenir de bons résultats et se sentir bien.

De bonnes huiles précieuses pour le transit

Les huiles riches en oméga-3 facilitent le transit. L’huile de colza et de cameline contiennent un ratio parfait en oméga-3 tandis que l’huile d’olive, équilibrée et riche en oméga-9, fournira un excellent complément.

On peut en consommer l’équivalent de 2 à 4 cuillères à soupe par jour sans problème en les choisissant de première pression à froid.

Les bonnes habitudes qui libèrent les intestins

En plus de l’alimentation, il existe des aides naturelles lorsque la situation devient trop pesante.

Bouger chaque jour

Vous aimeriez mieux vivre avec votre peau?


Inscrivez-vous pour commencer à nourrir votre peau selon sa propre nature:

Pour que le sport soit d’une réelle efficacité il faut en faire tous les jours et d’intensité modérée afin que nos intestins soient stimulés. Si vous n’avez pas l’habitude d’avoir une activité physique régulière, c’est le moment de commencer ! Non seulement vous vous sentirez bien dans votre tête mais aussi mieux dans votre ventre.

Une séance de marche quotidienne ou une balade en vélo sont un bon début. Et si ce n’est pas suffisant pour vous, pensez à la danse, au yoga ou à la course à pied.

Se masser le ventre

Dans ma vidéo Auto-massage antistress du ventre, je vous montre comment se masser le ventre avec une gestuelle simple. Ces gestes effectués au moins une fois par jour améliorent considérablement le bien être intestinal. Ils stimulent le transit et apaisent les intestins, souvent chamboulés par notre rythme de vie et notre alimentation.

Visionnez la vidéo en cliquant ICI

Le psyllium un laxatif naturel

Le psyllium devrait se trouver chez toutes les personnes sujettes aux troubles intestinaux. Il existe plusieurs variétés de psyllium qui n’ont pas les mêmes propriétés. Il s’agit en réalité de l’enveloppe du psyllium blond que l’on utilise à des fins thérapeutiques. Extrait d’une plante naturelle appelée Plantain des Indes, l’enveloppe du grain de psyllium est un véritable concentré de fibres.

Utilisé depuis des siècles en médecine traditionnelle dans toutes les contrées du monde, le psyllium n’a plus à démontrer son efficacité pour soulager la constipation. Il est aussi plus doux et mieux toléré que la bourdaine ou le séné, tous deux un peu irritants.

Il doit être employé dès le début des troubles intestinaux. Et pour les plus prévoyants, il est possible de faire une cure de quelques jours en commençant la veille d’un départ en voyage ou pendant une période de stress. Commencez par ajouter une petite cuillère de psyllium dès le début des troubles et augmentez la quantité jusqu’à 3 cuillères à soupe maximum par jour. Répartissez les portions de préférence dans la journée : 1 cuillère dans le yaourt ou les fruits du petit déjeuner, 1 cuillère sur la salade le midi et 1 cuillère dans le bouillon du soir par exemple.

Choisissez-le pur à 100% sans ajout de farines ou de sucres. Il se trouve dans les magasins bio et dans certaines épiceries.

Pour en savoir plus sur l’utilisation du psyllium et connaitre d’autres méthodes de détox douce, cliquez ICI  pour consultez l’excellent article de Camille sur son blog Habiter sa Peau 

Le pruneau, le roi des intestins paresseux

La prune en été ou le pruneau toute l’année, voilà une solution naturelle qui peut s’inviter dans votre assiette même dans le plus gourmand des desserts. Certains le boude, d’autres le snob mais une chose est sûre, le pruneau est le roi quand il s’agit de vous sortir d’une situation intestinale peu confortable.

Quelques pruneaux par jours accompagnés d’eau suffisent à vous rendre un transit en état de marche. C’est tellement simple qu’on oublie que tous les remèdes sont dans la nature !

Le pruneau sera à consommer avec modération une fois le transit rétabli. On peut le manger cru, trempé dans un bol d’eau toute une nuit pour augmenter ses effets hydratants, ou en cuisine, en salé comme en sucré.

Attention aux sucres injectés dans le pruneau en cours de séchage et aux conservateurs ajoutés dans les sachets. Pour ne pas vous tromper, veillez à ce qu’il n’y ait rien d’autres que des pruneaux dans la liste des ingrédients.

La meilleure position pour aller aux toilettes !

Voici un sujet très poétique sur lequel je ne ferais pas l’impasse pour autant. Savoir aller aux toilettes est capital car la plupart des français ignorent qu’un seul changement de position peut les libérer de leur inconfort.

S’assoir sur les toilettes à l’européenne comprime le colon. Le signal envoyé au cerveau n’est pas clair et on peut attendre de longues minutes avant qu’il se passe quelque chose (parfois rien…). Pour respecter la physiologie du colon et ouvrir cette porte de sortie, il faut légèrement ramener les genoux vers soi en position de « squatting » et pencher son buste en avant. Cette position est celle qu’adoptent les enfants qui veulent faire leurs besoins en pleine nature ou celle que l’on prend dans les toilettes dites à la turque.

Pour reproduire cette position, il suffit de poser ses pieds sur un marchepieds puis de pencher légèrement son buste vers l’avant et le tour est joué !

« La bonne position pour aller aux toilettes est celle qui libère les intestins, accroupie ou les pieds surélevés sur un marchepieds. »

En résumé, que faire :

  • Boire 8 verres d’eau minimum repartis sur toute la journée

  • Intégrer des fibres dans tous les repas

  • Bien se positionner pour aller aux toilettes

  • Faire des vraies pauses alimentaires entre chaque repas de minimum 3h

  • Ajouter 2 cuillères à soupe minimum d’huile de colza, de cameline ou d’olive par jour

  • Bouger régulièrement

  • Utilisez des laxatifs naturels comme le psyllium et les pruneaux

  • Détendez-vous et renouez avec vos habitudes.

J’espère au travers de cet article vous avoir apporté des solutions naturelles pour vous sentir mieux. N’hésitez pas à partager vos remarques et astuces en commentaires.