Pas facile de trouver des conseils auprès des professionnels lorsqu’on sort de la maternité. On passe d’un cadre médical rassurant à un cadre familial où les conseils fusent sans pour autant être vrais ni vérifiés.

Lorsqu’on allaite son bébé, mille questions apparaissent et certains petits maux peuvent entraver le bon déroulement des moments privilégiés passés avec son nourrisson.

Comment se forme une crevasse ?

Les crevasses liées à l’allaitement apparaissent en général dans les premiers jours de mise au sein. La peau fragile de l’aréole est soumise à une succion régulière qui bouscule son fonctionnement habituel. Elle va devoir se renouveler plus activement et ce nouveau processus peut prendre plusieurs jours. Des petites fissures peuvent apparaitre. Parfois ce sont des gerçures et parfois le mamelon rougit et se sensibilise.

Imaginez une sollicitation de la peau toutes les deux ou trois heures, voire toutes les heures, pendant plusieurs minutes sur n’importe quelle partie du corps. La fragilité s’installe rapidement !

Vous aimeriez mieux vivre avec votre peau?


Inscrivez-vous pour commencer à nourrir votre peau selon sa propre nature:

Les crevasses de début d’allaitement sont donc tout à fait « normales ». Elles cicatrisent facilement au bout d’une petite semaine.

Si elles persistent, il faut sûrement revoir le positionnement du bébé pendant la tétée. Dans ce cas, allez voir votre sage-femme ou votre puéricultrice sans attendre. Elles sont les mieux placées et les plus qualifiées pour tout vous expliquer !

Il arrive que malgré la position, les crevasses et les douleurs persistent. Les tétées successives ne laissent pas le temps à la peau fragilisée de se réparer. On a donc besoin de l’aider avec des solutions naturelles.

Solutions naturelles pourquoi ?

Car le bébé va ingérer toute substance qui sera appliquée sur le sein pendant la tétée. Donc à moins de vouloir traiter une vraie pathologie, on évite tout médicament ou soin cosmétique à même la peau.

Des solutions naturelles et ancestrales combinées à des astuces d’aujourd’hui font des miracles.

Pansement naturel au lait maternel

La première technique la plus utilisée par les femmes du monde entier est l’usage du lait maternel en pansement humide. Méthode simple, directe et économique, elle ne présente aucun inconvénient pour la mère et le bébé. On applique directement une goutte de lait sur l’aréole.

La cicatrisation en milieu humide évite la formation de croûtes (les croûtes risquant de s’arracher au moment de la tétée, cela devient un cercle vicieux) et crée une véritable hydratation des tissus.

Et comme la nature est bien faite, le colostrum et le lait sont plus gras en fin de tétée. Moment où la paroi des gouttelettes lipidiques est enrichie en glycoprotéines, phospholipides, triglycérides, cholestérol et enzymes, favorisant la cicatrisation.

Pour prolonger les bénéfices du lait appliqué en fin de tétée, il est nécessaire d’appliquer un pansement humide pour conserver l’hydratation et éviter la formation de croûte. C’est là qu’intervient notre astuce « d’aujourd’hui » !

Mode d’emploi

  1. Appliquer une goutte de lait maternel sur l’aréole

  2. Imbiber une compresse stérile de 5 x 5 cm de lait maternel et posez-la sur l’aréole. Elle doit être totalement humidifiée par le lait afin d’éviter qu’une partie sèche frotte contre la lésion.

  3. Isoler la compresse en appliquant du film alimentaire de 7 x 7 cm par-dessus. Le film permet de garder la compresse en milieu humide tout en rendant le pansement imperméable et bien en place.

+

Et voilà, vous avez la solution ! Avec ce pansement naturel et simple à faire, les crevasses cicatrisent en quelques jours (4 jours est le maximum observé). On peut directement se rhabiller.

Pensez à renouveler le pansement après chaque tétée sans dépasser 6h de préférence.

Lorsque les crevasses sont profondes

Si vous êtes à un stade avancé de la formation des crevasses, vous aurez besoin d’un coup de pouce supplémentaire.

Sur le même principe que le pansement humide, le pansement gras est efficace quand il s’agit de cicatrisation. Ce pansement est réalisé à l’aide de lanoline pure que l’on trouve facilement en pharmacie.

Mode d’emploi

  1. Appliquer une goutte de lait maternel sur l’aréole

  2. Appliquer la lanoline pure en couche épaisse directement sur la peau.

  3. Placer un pansement humide par-dessus. Cela permettra au lait maternel de prendre le relais lorsque la lanoline sera absorbée.

Avec ce pansement bien isolant, nourrissant et hydratant, vous viendrez à bout des crevasses en quelques jours. Le processus de cicatrisation sera grandement facilité.

Du luxe pour la peau de maman

Connaissez-vous les masques aux alginates que l’on fait en institut ? Ils ont un réel intérêt quand il s’agit d’hydrater profondément et de reminéraliser la peau. La bonne nouvelle, c’est que ce masque n’est pas réservé seulement au visage et qu’il est 100% naturel lorsqu’il est neutre. A utiliser idéalement après la résorption des crevasses, il va magnifier votre poitrine en prolongeant le soin apporté par les pansements décrits plus haut.

L’alginate qu’est-ce que c’est ?

L’alginate marin est obtenu à partir d’algues brunes, il se présente en poudre, le plus souvent dans un sachet unique pour le protéger de l’humidité. On l’appelle masque peel-off car il gélifie sans s’accrocher à la peau, ce qui permet de le retirer aisément sans avoir de mauvais effet « scotch » ! De plus il épouse parfaitement les formes du corps. Il est donc facile à appliquer sur la poitrine.

En formant un gel épais sur la peau, le masque alginate favorise la pénétration des actifs et crée une micro-sudation favorisant l’auto-hydratation de la peau. Sa richesse en minéraux l’aide à se régénérer.

C’est comme si vous alliez vous « recharger » en bord de mer.

En institut, on ajoute des actifs personnalisés pour que le masque soit hydratant, anti-âge, coup d’éclat, etc. Ici l’actif personnalisé : c’est votre lait !

C’est vrai qu’il faut avoir un peu plus de temps mais une amie de confiance aura certainement envie de prendre soin de vous.

Comment procéder ?

  1. Appliquer une goutte de lait maternel sur l’aréole

  2. Préparez votre pansement humide et gras puis appliquez-le sur l’aréole sans ajouter de film alimentaire.

  3. Mélanger la poudre d’alginate avec de l’eau (la quantité est toujours indiquée sur le sachet) et appliquez le gel formé avec une spatule (une maryse de cuisine fera l’affaire).

  4. Laissez le gel prendre pendant 15 à 20 minutes jusqu’à ce qu’il se décolle tout seul.

  5. Rincez les résidus de masque et appliquez à nouveau une goutte de lait maternel.

Ce masque peut être réalisé une fois par jour, toujours après une tétée, puis une fois par semaine pour entretenir. C’est un soin « luxissime» lorsqu’on allaite ! Une vraie pause pour la peau et le moral.

Autres recommandations

  • La peau a besoin de temps pour cicatriser. Vous pouvez éviter de la solliciter en essayant d’alimenter votre bébé avec un seul sein par tétée.

  • Si les tétées sont très rapprochées et les crevasses trop importantes, l’utilisation d’un tire-lait peut être nécessaire (prescrit par votre médecin ou votre sage-femme). Sur 2 ou 3 tétées ou en alternance avec la mise au sein, la peau aura plus de temps pour cicatriser.

  • Le film alimentaire peut être remplacé par un coussinet d’allaitement sur le pansement humide s’il est bien maintenu par le soutien-gorge.

Pas vraiment recommandé

  • Sécher l’aréole après la tétée, y compris au sèche-cheveux. Le séchage favorise la formation de croûtes qui risquent de s’arracher au moment de la tétée.

  • Utiliser des produits cosmétiques du quotidien qui marchent pourtant sur vous. Rappelez-vous, votre bébé n’appréciera sûrement pas de boire des conservateurs, pesticides et autres polluants…

  • Se laver les seins avec du savon avant chaque tétée n’est pas nécessaire. Le lait maternel contient des agents anti-infectieux. Se laver une fois par jour avec un savon saponifié à froid sans huiles essentielles est idéal.

Je vous souhaite de beaux moments de partage avec votre bébé.