On sait que le sucre fait grossir mais on connait moins les effets qu’il peut avoir sur notre peau et notre vitalité. On en consomme tous les jours sans le savoir sous toutes ses formes, qu’il soit nécessaire à notre organisme ou non.

Alors comment savoir si on consomme du bon ou du mauvais sucre ? Quels sont ses conséquences sur la peau et dans notre corps ? Quelles sont les quantités à ne pas dépasser pour rester en bonne santé ?

Voyons ce qu’il faut savoir sur le sucre.

Bon ou mauvais sucre ?

Quand on parle de sucre, on parle de glucides. Les glucides représentent toutes les formes de sucre. Les pommes de terre, les céréales, les fruits comme les sodas contiennent des glucides mais ils ne sont pas assimilés de la même façon par notre corps et apportent des éléments nutritifs différents.

Par exemple, un fruit contient en plus du fructose des vitamines, des fibres et des minéraux tandis qu’un morceau de sucre contient uniquement du saccharose, c’est un aliment « vide ». Il n’apporte aucun bénéfice à notre corps comparativement au fruit. La quantité de sucre peut être équivalente dans les deux cas mais pas la qualité nutritionnelle !

sucre simple + minéraux + vitamines = bénéfice santé et satiété / sucre simple seul = 0 bénéfice

Cet article vous plait ? 

Soyez informée à chaque nouvelle parution en vous abonnant ici et recevez votre guide gratuit pour commencer dès maintenant à transformer votre vie grâce aux soins naturels :

La qualité est plus importante que la quantité, l’essentiel étant de choisir les bonnes sources alimentaires. Il n’y a pas de sucre à bannir si on est en bonne santé ni en surpoids, il suffit d’un juste équilibre.

On retrouve les glucides essentiels pour notre corps dans les légumes, les fruits, les légumineuses et les tubercules (sauf dans les pommes de terre).

Le saccharose (donne le gout sucré), le fructose (sucre du fruit), le lactose (sucre du lait) et tous les autres sucres se transforment en glucose dans l’organisme. Ils sont emmagasinés et utilisés par les organes et les muscles puis stockés dans nos réserves graisseuses s’ils ne sont pas consommés.

Attention aux édulcorants qui font aussi monter le taux de glucose dans le sang. Des études ont démontré que ce faux sucre est reconnu comme “vrai” par le corps. Attention donc aux boissons dites « sans sucres ».

Avons-nous vraiment besoin de tout ce sucre ?

On consomme aujourd’hui 35 kg de sucre par an et par personne contre 5 kg au début des années 1900. Soit 40 morceaux de sucre par jour (6 fois plus que la quantité recommandée!)

Donc la réponse est NON ! Nous n’avons pas besoin du quart de ce que nous consommons !

Les autorités publiques recommandent d’apporter dans son alimentation 50 à 55% de glucides par jour. La dose journalière est en fait à adapter en fonction de notre activité physique. Un grand sportif aura besoin de consommer jusqu’à 55% de glucides par jour tandis qu’une personne sédentaire n’aura pas besoin de dépasser les 40%.

Dans tous les cas 100 g par jour sous forme de produits sucrés (environ 10%) est le seuil à ne pas dépasser ! La FAO (organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) recommande même 50 g, ce qui équivaut à 10 morceaux de sucres. Ce qui ne veut pas dire que l’on doit mettre 10 morceaux de sucres dans son café tous les jours ! Cela englobe la confiture du petit déjeuner, les jus de fruits, un carré de chocolat de temps en temps, du miel ou quelques biscuits, la liste est longue !

Pour vous repérer, il faut savoir que 1 morceau de sucre = 5 g de sucre et une 1 canette de coca de 33 cl = 7 morceaux de sucres.

Notre cerveau a besoin de sucre

Les glucides sont une énergie indispensable et nécessaire à notre organisme mais l’organe le plus consommateur de sucre est le cerveau. Il a besoin de 120g de glucides par jour pour nos activités quotidiennes.

C’est bien pour cela qu’il ne faut pas le supprimer de son alimentation.

Alors comment le sucre peut-il faire vieillir la peau ?

Le sucre consommé en quantité trop importante favorise le phénomène de glycation. Ce phénomène est une réaction produite entre les sucres et les protéines de la peau, comme le collagène.

La réaction de glycation produit des substances appelées AGE (advanced glycation endproducts) qui sont naturellement présentes, en grande quantité dans notre corps. Une partie se forme dans l’organisme lorsque le sucre sanguin est élevé et l’autre partie est directement apportée par l’alimentation.

Ceux qui cuisinent connaissent bien le phénomène de glycation car il s’agit en fait de la réaction de Maillard qui donne l’arôme puissant du café torréfié, la belle couleur dorée au pain ou encore l’aspect caramélisée d’un rôti. La caramélisation et le fumet appétissant viennent de la réaction des sucres ou des graisses avec les protéines de l’aliment.

C’est à peu près le même phénomène qui se produit avec notre peau. La formation des AGE dépend du temps d’exposition des protéines au sucre. A moins d’être éliminés grâce à nos reins dans les urines, les AGE issus de l’alimentation s’ajoutent à ceux formés dans le corps et s’accumulent dans notre organisme avec des conséquences majeures.

Tout ça ressemble à du chinois ? Pour faire simple, le collagène dans notre peau est constitué d’acides aminés formant des protéines. Ce collagène étant exposé au sucre de manière prolongée et en grande quantité perd de son élasticité, contribuant à distendre les tissus et à accélérer le vieillissement de la peau et l’apparition de rides.

Trop de sucre = énergie raplapla

L’excès de sucre surcharge le foie et la peau. Le corps perd son énergie à métaboliser tout ce sucre et s’épuise à reproduire des mécanismes qui ne sont pas naturels.

A chaque fois que l’on mange du sucre, le taux de glucose augmente dans le sang provoquant un pic d’insuline. Le circuit de la récompense est alors activé, ce qui est perçu comme quelque chose de positif par le cerveau. Mais lorsque le sucre vient à manquer, la baisse de glycémie entraîne une nouvelle fringale de sucre. C’est un cercle vicieux qui incite à en consommer à nouveau. Résultat, on se sent tout le temps fatigué et le corps perd de sa vitalité.

Savez-vous que le sucre est 8 fois plus addictif que la cocaïne ?!

Le sucre blanc, le glucose, le fructose, le sirop de glucose, le sucre de glucose-fructose, le sucre inverti et le sirop d’agave consommés à plus de 25 g par jour pour une femme et 40 g par jour pour un homme favorisent la prise de poids, le stress oxydatif, l’inflammation et le risque de diabète. Ce qui représente un barème inférieur aux recommandations de la FAO.

Pour les éviter, il vaut mieux supprimer de son alimentation les boissons sucrées, les produits industriels et éviter de sucrer ses boissons chaudes et ses yaourts.

Mais bonne nouvelle ! Le chocolat noir à 85% contient des quantités importantes de polyphénols plus efficaces que dans le thé, le vin ou les fruits. De plus les antioxydants du chocolat noir améliorent les défenses de l’organisme contre les radicaux libres.

C’est une bonne raison pour en manger !

Comment savoir si ce que je mange contient du sucre ?

Le sucre étant quasiment partout, il est difficile de l’éviter. Les industriels l’ont bien compris et l’utilise même dans des produits salés pour nous rendre accro et vendre davantage !

Le bon réflexe à adopter est de lire les étiquettes des produits que vous achetez. Tous les ingrédients se terminant par -ose sont des sucres. Vous en trouvez dans les conserves de légumes, les sauces tomates, les plat préparés, la charcuterie et j’en passe…

Le sirop de glucose-fructose est typiquement une invention des industriels pour remplacer le saccharose dans les sodas. N’ayant pas la même forme biologique, il n’envoie pas de message d’écœurement au foie, ce qui incite à en consommer davantage.

Il est aussi utilisé pour durcir un sorbet, améliorer la conservation des céréales du petit déjeuner, brunir des biscuits et les rendre plus friables.

On retrouve aussi du glucose dans la charcuterie ! C’est ce qui sert à donner une couleur rose plus appétissante. Il est souvent nommé dextrose sur les emballages.

Comment diminuer et éviter le sucre: quelques pistes

  • Faire des petits déjeuners salés pour gagner en vitalité et éviter les coups de pompe ou la fringale de 11 h.

  • Sucrer ses préparations avec de la cannelle ou une gousse de vanille = 0 calorie.

  • Remplacer le sucre blanc par du “sucre de canne complet” type rapadura qui contient quelques vitamines, minéraux et acides aminés. Attention le sucre de canne roux ou blond est un sucre blanc coloré avec du caramel !

  • Pour pâtisser, 100 g de sucre peuvent être remplacés par 65 g de miel.

  • Pour connaitre les sucres à éviter ou à retirer complètement de l’alimentation il est déjà bon d’éviter ce qui a été créée par l’homme et qui n’existe pas dans la nature.

  • Les fruits parmi les plus riches en glucides sont la poire, la pomme, la banane, l’orange, le melon et le record est atteint par le raisin: 43 g pour 100 g de fruit !

  • Les fruits parmi les moins riches en glucides sont l’abricot, l’avocat, les fraises, le kiwi et la médaille revient au citron avec seulement 1,7 g de sucre pour 100 g de fruit.

  • Remplacer le sucre par de l’activité physique. Si l’activité physique a été suffisamment importante, on n’a pas envie de consommer du sucre.

  • Une pomme de terre cuite à l’eau élève moins la glycémie qu’une purée.

  • Idem pour le riz et les pâtes: plus ils sont cuits, plus ils augmentent la glycémie (sécrétion d’insuline plus rapide et stockage).

  • Le miel liquide a un index glycémique moins élevé que le miel solide.

  • Le sucre appelle le sucre ! Si vous voulez éviter les grignotages, consommez suffisamment de protéines animales ou végétales pendant vos repas.

  • Le fructose, naturellement présent dans les fruits et le miel, possède un pouvoir sucrant supérieur à celui du sucre et son index glycémique est plus faible. Résultat, on a moins besoin d’en manger et il est moins néfaste pour la santé.

  • Le fructose consommé sous forme de sucre ajouté dans les produits industriels peut aussi favoriser la prise de poids en augmentant le taux de graisse dans le sang.

La meilleure solution est de cuisiner ses repas afin de maitriser la quantité et la qualité de sucre que l’on mange.

En choisissant de bons glucides, avec un intérêt nutritionnel plus élevé et une charge calorique plus faible, on met toutes les chances de son côté pour avoir une belle peau et garder la forme.

Dites-moi ce que vous en pensez dans l’espace commentaires ci-dessous et n’hésitez pas à partager vos solutions pour diminuer votre consommation de sucre :